mardi 24 janvier 2017

Chính sách đối ngoại của Rex Tillerson.


Đọc báo pháp để tìm hiểu về chính sách đối ngoại của Rex Tillerson vừa được nhậm chức.
Ông hứa gì và có thể làm được gì với chính phủ Tàu và chính phủ Nga?
Mời quý anh chị đọc bài trích từ báo La Tribune.
Caroline Thanh Hương
  photo R.png

Mer de Chine : le futur chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson se veut ferme




 |   |
Rex Tillerson, ex-PDG d'ExxonMobil, a été choisi par Donald Trump pour occuper le poste de chef de la diplomatie américaine. (Crédits : Reuters/Kevin Lamarque)
Dans la lignée de Donald Trump, Rex Tillerson veut adresser "un signal clair" à Pékin concernant le conflit de la mer de Chine. Il était auditionné mercredi par le Sénat afin d'être confirmé à son poste de chef de la diplomatie américaine.
Alors qu'il n'est pas encore en poste, Rex Tillerson adopte déjà une ligne dure à l'encontre de la Chine - conformément à celle dictée par Donald Trump. L'ex-PDG du géant pétrolier ExxonMobil était auditionné mercredi par le Comité des affaires étrangères du Sénat pour être confirmé au poste de chef de la diplomatie américaine, et succéder ainsi à John Kerry. Rex Tillerson a dénoncé les revendications territoriales de la deuxième économie mondiale en mer de Chine, semblables selon lui "à la prise de la Crimée par la Russie", rapporte Reuters.
En espérant faire reconnaître sa souveraineté sur la mer de Chine, Pékin multiplie depluis plusieurs années les constructions navales et aériennes sur des îles avec son programme "Grande Muraille de sable". "Nous allons devoir envoyer un signal clair à la Chine. Premièrement, la construction d'îles doit s'arrêter. Deuxièmement, l'accès à ces îles ne sera plus autorisé", a-t-il déclaré. "[La Chine] contrôle ou déclare contrôler des territoires" qui ne lui appartiennent "pas légitimement". En 2013, la Cour permanente d'arbitrage avait estimé que la Chine n'avait pas "de base légale" pour ses revendications territoriales... Ce qui a eu peu d'effet sur les actions de Pékin dans la zone. Entre 2014 et 2015, elle aurait ainsi pris le contrôle de 2.000 hectares de terre en pleine mer.

La Chine appelle à respecter un "consensus"

Sous Barack Obama, les Etats-Unis se sont érigés gendarme de la zone, en envoyant des navires en patrouilles pour exercer leur droit de libre navigation. Cet "échec de réponse" a permis à la Chine de développer ses activités, a estimé Rex Tillerson. "La situation s'est calmée [dans la mer de Chine méridionale] et nous espérons que les pays non régionaux pourront respecter ce consensus qui est dans l'intérêt fondamental du monde entier", a déclaré Lu Kung Lu, porte-parole du ministre des affaires étrangères chinois.
| LIRE AUSSI : Saisie d'un drone américain par Pékin : 3 choses à savoir sur le conflit en mer de Chine
Alors que Donald Trump plaide pour un rapprochement avec la Russie, Rex Tillerson a assuré que le pays de Vladimir Poutine "représente aujourd'hui un danger". "Elle a envahi l'Ukraine, notamment en s'emparant de la Crimée, et elle a apporté son soutien aux forces syriennes qui ont violé avec une grande brutalité les lois de la guerre", a affirmé l'ex-PDG devant les sénateurs américains qui l'attendaient sur la question russe. Rex Tillerson se montrait moins critique du régime russe lorsqu'il était à la tête d'ExxonMobil entre 2006 et le 31 décembre dernier. En 2012, il avait reçu des mains de Vladimir Poutine l'ordre de l'Amitié.
| DIAPORAMA : Pro-russe, ex-Goldman Sachs... : les visages du gouvernement Trump

Ai Cho Không, Biếu Không?



Nội tạng của người dân nước pháp từ đầu năm 2017 đã trở thành những cống hiếng không điều kiện, nếu không gửi đơn phản đối.
Những anh chị nào không muốn cho không thì phải lo làm đơn ngay.
Đọc bài trong báo pháp dưới đây để biết thủ tục.
Caroline Thanh Hương
 photo don-dorgane.png

Don d’organes : voici les démarches à suivre pour exprimer son refus

MODE D'EMPLOI – Au lieu de transmettre un document écrit et signé ou de confier cette tâche à leurs proches, ceux qui s’opposent au don d’organes totalement ou partiellement pourront faire part de leur décision via le registre national des refus en ligne, normalement accessible depuis ce lundi.
Alors que plus de 21.000 Français sont dans l’attente d’une greffe, la loi renforce le principe de consentement présumé au don d’organes appliqué depuis 1976. Mais parmi les nouvelles mesures entrées en vigueur le 1er janvier dernier, le législateur prévoit aussi de simplifier les modalités de refus. Depuis ce lundi 23 janvier, il est donc désormais possible de faire valoir son opposition en remplissant un formulaire accessible en ligne sur le site registrenationaldesrefus.fr. Une option présentée par l’Agence de Biomédecine comme "la meilleure façon de faire valoir son opposition au don d’organes".

Mais s’il était possible de réaliser cette inscription ce matin à 9 heures, le site n'est plus accessible depuis la fin de matinée. Contactée par LCI, l’Agence de Biomédecine assure travailler sur " les bugs survenus" et affirme que le formulaire pourrait être de nouveau en ligne d’ici "48 heures".

Un formulaire, trois possibilités

Dans la pratique, vous devrez d’abord renseigner votre identité, votre adresse et votre adresse e-mail. Le tout accompagné d’un scan d’une pièce d’identité officielle visible (carte d’identité, passeport, permis de conduire français, titre de séjour…).

Ensuite, vous aurez trois possibilités :

- Vous opposer totalement ou partiellement à une greffe d’organes et/ou de tissus à des fins thérapeutiques. En effet, tous les organes comme le cœur, les poumons ou les reins mais aussi les tissus (cornées, peau, artères, os, tendons, cartilages) peuvent être greffés après le décès du donneur présumé. A condition, bien sûr, qu'il soit compatible avec un receveur. C’est pourquoi le formulaire laisse la possibilité de vous opposer à la greffe de tous les organes, de tous les tissus ou à seulement quelques-uns d’entre eux en cochant les cases correspondantes.

- Vous pouvez également refuser que vos organes ou vos tissus soient utilisés pour la recherche scientifique.

- Enfin, vous avez la possibilité d’empêcher l’autopsie médicale (pour rechercher la cause du décès) si elle n’est pas expressément demandée par la justice.

Depuis sa création, en 1998, le registre national des refus compte près de 150.000 noms.

A noter : seuls les plus de 13 ans peuvent s’inscrire et tout le monde peut changer d'avis à tout moment. 

Les autres possibilités

Par ailleurs, il est toujours possible d’imprimer le formulaire accessible sur le site et de le renvoyer par courrier à :

L’Agence de la biomédecine Registre national des refus 
1 avenue du Stade de France 
93212 SAINT-DENIS LA PLAINE CEDEX

Il est également possible de faire part de son opposition dans un document écrit, daté et signé, préalablement remis à un proche. Une décision qui peut aussi être communiquée à l’oral. Dans ce cas, les proches devront attester par écrit de votre choix auprès de l’équipe médicale lors du décès.

Mais en l’absence de refus clairement exprimé, vous serez considéré comme donneur présumé. Un acte qui reste gratuit, anonyme et améliore le quotidien de nombreux patients.