caroline thanh huong

caroline thanh huong
catbui

Libellés

mercredi 9 août 2017

Nghe đọc trên đài France Culture giới thiệu những bài đáng quan tâm.

Kính gửi quý anh chị những bài phân tích về thời sự quốc tế của đài radio France Culture.
Nghe đài này, chúng ta sẽ có cái nhìn có thể khác với những bài viết hay đã phát thanh từ những nước khác.
Chúng ta đang ở một thế giới mà tất cả những trao đổi kinh tế, thương mại đều liên quan xa hay gần đến cuộc sống hằng ngày. Dù muốn hay không, dù đúng hay sai, cũng nên nghe thử cho biết và từ đó tự chọn cho mình cái nhìn chủ quan.
Caroline Thanh Hương

 Écoutez Asie du Sud Est : la diplomatie du bambou de Affaires étrangères dans Podcasts.

Affaires étrangères

By France Culture

Pour écouter un podcast audio, pointez votre souris sur le titre souhaité et cliquez sur l’icône Lecture. Ouvrez iTunes pour télécharger des podcasts et vous y abonner.

Description

Affaires étrangères

Trứng gà bên pháp đang có vấn đề.

Có thể quý anh chị đã đọc hay biết tin này rồi, nhưng dù sao cũng nên cẩn thận mua trứng gà ở gần sản xuất mà ăn.
Caroline Thanh Hương

Trứng gà tây thích nằm trên kệ, trứng gà Mỹ bệ vệ kiếm clim mát...

Crise des œufs contaminés : comment elle s'est propagée

>Société|Christine Mateus|08 août 2017, 8h02|5

 La France est à son tour atteinte par les oeufs contaminés au Fipronil, un pesticide toxique.
Flickr/ Rhian

Christine Mateus
SociétéAllemagneFranceBelgiquePays-BasOeufs contaminés

Venue des Pays-Bas, l'affaire a été révélée au grand public le 4 août mais en réalité, elle couvait depuis la fin du mois de juin.

Jusqu'où ira la crise des oeufs contaminés ? Partie des Pays-Bas, elle s'étend à l'Allemagne, la Suisse, la Suède, la Belgique et aujourd'hui la France, ainsi qu'au Royaume-Uni. Ce feuilleton estival a débuté aux yeux du grand public le 4 août, lorsque la chaîne de supermarchés Aldi retire brusquement tous ses oeufs de la vente en Allemagne. Mais d'autres épisodes se sont joués en amont, en toute discrétion, dès la fin juin.

Cette décision du discounteur fait suite à la découverte dans certains oeufs néerlandais et allemands d'un taux trop élevé de fipronil, un insecticide interdit dans le traitement des animaux destinés à la chaîne alimentaire par l'Union européenne, car dangereux pour le foie, les reins et la thyroïde. Au moins 10 millions d'oeufs sont concernés. Une mesure « de pure précaution », rassure toutefois le groupe allemand. Même en grande quantité, le fipronil est en effet considéré comme « modérément toxique » pour l'homme par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

LIRE AUSSI
>  La crise des œufs contaminés arrive en France

Comment cet insecticide s'est-il retrouvé dans les étals des supermarchés de nos voisins européens ? A l'origine, des éleveurs néerlandais et allemands ont acheté à la société basée aux Pays-Bas Chickfriend un antiparasitaire : le Dega-16. Sauf que celui-ci contenait illégalement le fameux fipronil, une molécule antipoux et tiques utilisée couramment dans les colliers insecticides pour chiens et chats. Selon les journaux allemands, Chickfriend se serait fourni auprès d'un distributeur belge de produits chimiques. L'homme est aujourd'hui soupçonné par les enquêteurs d'avoir commandé à une usine roumaine un médicament pour animaux contenant du fipronil et de l'avoir mélangé au Dega-16, avant de le commercialiser.

Les autorités belges au courant depuis juin

« Les éleveurs s'étonnaient aussi d'avoir trouvé un traitement redoutablement efficace. Ils ont été victimes d'une tricherie. Nous aurions pu tous tomber dans le panneau », dénonce Christiane Lambert, présidente de la FNSEA.

« J'attends des autorités compétentes qu'elles élucident ce dossier rapidement et minutieusement. En particulier la Belgique et les Pays-Bas », pointe le ministre de l'Agriculture allemand, Christian Schmidt, dont le pays est le plus touché par ce scandale. « Quelqu'un a clairement procédé avec une énergie criminelle pour frelater des oeufs avec un produit interdit », a-t-il ajouté.


 -

Les autorités belges sont aujourd'hui clairement critiquées sur cette affaire. Elles ont en effet reconnu savoir depuis juin qu'il y avait « un problème » avec la contamination des oeufs, mais elles avaient gardé le secret pour éviter de gêner le déroulement de l'enquête pour « fraude ». Elles n'ont alerté les pays voisins que le 20 juillet.

Après avoir affirmé dans un premier temps que l'Hexagone n'était pas concerné, le ministère de l'Agriculture a annoncé hier que 13 lots d'oeufs contaminés en provenance des Pays-Bas avaient été livrés en France « entre le 11 et le 26 juillet ». Deux établissements de fabrication de produits à base d'oeufs, dans la Vienne et le Maine-et-Loire, sont concernés, précise le ministère. Celui-ci n'était toutefois pas en mesure de dire dans l'immédiat si les produits incriminés s'étaient retrouvés dans le commerce. L'enquête continue donc.

Le fipronil, un pesticide toxique


Le Fipronil est un insecticide utilisé dans le traitement des puces, des acariens ou encore des poux des animaux. C'est la société française Rhône Poulenc qui le met au point en 1987. En 2007, l'Union européenne exclut son utilisation pour les animaux destinés à la consommation, comme les poules, en raison de sa toxicité. Cette molécule a en effet une incidence sur les reins, le foie et la thyroïde, comme des tests l'ont démontré. Ses effets peuvent être dangereux pour la santé des humains au-delà d'un certain seuil. Il est qualifié de « modérément toxique pour l'homme », selon l'Organisation mondiale de la santé. Le fipronil est aussi soupçonné de jouer un rôle dans la disparition des abeilles quand il est utilisé pour traiter le maïs.

TANGUY LYONNET

QUESTION DU JOUR. L'affaire des oeufs contaminés vous inquiète-t-elle ?
Christine Mateus  Le Parisien
nguồn báo Le Parisien

Vị Chuẩn Tướng gốc Việt thứ hai trong quân lực Hoa Kỳ.

Kính gửi quý anh chị đọc bài tường thuật.
Caroline Thanh Hương

Hải Ngoại  
Trần Du Sinh- Trong năm 2014, dư luận trong nước và cộng đồng Việt Nam ở hải ngoại đều hân hoan và thán phục trước tin anh Lương Xuân Việt, một Đại Tá Lục Quân Hoa Kỳ được thăng hàm Chuẩn Tướng, trở thành một quân nhân Mỹ gốc Việt mang quân hàm cao nhất.

Một năm sau, một tin vui tương tự đến với cộng đồng người Việt khi Đại Tá Vệ Binh Quốc Gia của Tiểu Bang Virginia, ông Lapthe C. Flora, có tên Việt là Châu Lập Thể, được thăng hàm Chuẩn Tướng. Lễ thăng chức sẽ diễn ra vào mùa xuân năm 2016.
Giới Thiệu Về Vệ Binh Quốc Gia Hoa Kỳ
Vệ Binh Quốc Gia là lực lượng dự bị của Lục Quân Hoa Kỳ. Trong khi các binh chủng khác chỉ có một lực lương trù bị thì Lục Quân Hoa Kỳ có đến hai lực lượng gọi là Reserve (Dự Bị) và National Guard (Vệ Binh). Sự khác biệt chính giữa hai lực lượng dự bị này nằm ở chổ cấp chính quyền họ nhận lệnh. Trong khi Army Reserve phục vụ chính quyền liên bang thì National Guard nhận lệnh của chính quyền Liên Bang lẫn Tiểu Bang, và nhận kinh phí hoạt động từ chính quyền Tiểu Bang là chính. Vì vậy Vệ Binh quốc gia có quy mô lớn hơn, có căn cứ và cơ sở đào tạo riêng, trong khi phần lớn Army Reserve dùng chung căn cứ của Lục Quân trên khắp lãnh thổ của Hoa Kỳ.
https://c2.staticflickr.com/6/5459/17782368882_9bb521f69c_z.jpghttps://c2.staticflickr.com/6/5459/17782368882_9bb521f69c_z.jpg
Cũng xin giới thiệu sơ qua về Quân Lực Hoa Kỳ. Quân lực Hoa Kỳ bao gồm năm ngành tác chiến là Lục Quân, Thủy Quân Lục Chiến , Hải Quân, Không Quân, và Tuần Duyên. Về mặt hành chánh thì Thủy Quân Lục Chiến là lực lượng tác chiến thuộc Bộ Hải Quân, dù lực lượng này có chương trình huấn luyện và nhiệm vụ chiến lược riêng.
Từng là một trong năm lực lượng tác chiến của Hoa Kỳ, Tuần Duyên ngày nay đã trở thành một phần của Bộ Nội An. Bộ Nội An là bộ mới thành lập sau sự kiện khủng bố 9-11. Tuy nhiên, trong thời chiến, Tuần Duyên sẽ phối hợp với Hải Quân Hoa Kỳ trong việc bảo vệ nước Mỹ. Hai lực lượng này đã có lịch sử hơn 200 năm hỗ trợ lẫn nhau trong chiến tranh trên biển.
Ngoài ra, có hai ngành cán chính liên quan trực tiếp tới quân đội Hoa Kỳ là Đoàn Uỷ Nhiệm Y Tế Công Cộng (Public Health Service Commission Corps) và Đoàn Uỷ Nhiệm Khí Tượng và Không Gian (National Oceanic Atmospheric Administration Corps). Hai ngành này chỉ có Sĩ Quan mà không có lính. Sĩ quan của hai ngành này có trình độ giáo dục và huấn luyện khá cao.
Sự kiện sắp có một Chuẩn Tướng Vệ Binh quốc gia gốc Việt là một sự hi hữu vì con số người Việt tham gia Vệ Binh quốc gia không nhiều bằng ở các binh chủng khác như Lục Quân hay Hải Quân. Chuẩn Tướng tương lai Châu Lập Thể sanh năm 1962 tại Việt Nam. Thân phụ anh là một thủy thủ của Hải Vận Đội (Merchant Marines) của Việt Nam Cộng Hòa. Ông hy sinh lúc anh mới lên hai tuổi. Năm 1980 anh vượt biên và được đưa vào trại tị nạn ở Nam Dương. Một năm sau đó anh được ông bà Flora bảo trợ và nhận làm con nuôi. Cũng từ đó anh mang họ Flora bên cạnh cái tên Lập Thể được nhập chung là Lapthe C Flora.
Lý Lịch Vị Chuẩn Tướng Tương Lai
Anh Châu Lập Thể được phong hàm sĩ quan bộ binh năm 1987 từ Học Viện Quân Sự Virginia. Tại đây anh hoàn thành văn bằng cử nhân khoa học chuyên ngành sinh học. Năm 2011 anh tốt nghiệp bằng Cao Học về nghiên cứu chiến lược tại Đại Học Chiến Tranh Lục Quân ở tiểu bang Pennsylvania. Về binh nghiệp, với bề dày 28 năm phục vụ, Đại Tá Châu Lập Thể đã đảm nhận nhiều cương vị khác nhau, và ở cương vị nào anh cũng hoàn thành xuất sắc. Với một sĩ quan dự bị, quá trình thăng chức của anh thật ấn tượng, thể hiện sự bền bỉ phấn đấu và khả năng lãnh đạo xuất sắc. Những điểm son trong binh nghiệp của ông thể hiện qua nhiệm vụ huấn luyện và điều phối hoạt động ở Bosnia năm 2001, ở Kosovo năm 2006 trong lực lượng gìn giữ hòa bình và chiến trường Afghanistan năm 2011 trong cương vị giám đốc Liên Quân Bộ Binh với Lục Quân Quốc Gia Afghanistan. Với bảng thành tích xuất sắc cùng với khả năng lãnh đạo đã được thử thách qua nhiều cương vị khác nhau, Đại Tá Châu Lập Thể đã được đề cử và được quốc hội lưỡng viện Hoa Kỳ chuẩn thuận thành Chuẩn Tướng Vệ Binh Quốc Gia vào năm tới.
Vài hình ảnh về cuộc đời binh nghiệp của Đại Tá Châu Lập Thể (Lapthe C Flora.)
United States Colonel Lapthe Flora official photo at The National Infantry Museum Fort Benning Georgia.jpgUnited States Colonel Lapthe Flora official photo at The National Infantry Museum Fort Benning Georgia.jpg
http://vko.va.ngb.army.mil/virginiaguard/news/nov2007/KFORWRAPUP4.jpghttp://vko.va.ngb.army.mil/virginiaguard/news/nov2007/KFORWRAPUP4.jpg
http://vaguard.dodlive.mil/files/2015/05/ColFlora.jpghttp://vaguard.dodlive.mil/files/2015/05/ColFlora.jpg
http://media.gettyimages.com/photos/col-lapthe-flora-left-of-the-29th-infantry-division-of-the-national-picture-id143702472http://media.gettyimages.com/photos/col-lapthe-flora-left-of-the-29th-infantry-division-of-the-national-picture-id143702472
Hội Quân Nhân Mỹ Gốc Việt VAUSA (Vietnamese American Uniformed Services Association)
Vào năm 2007 Thiếu Tá Hải Quân- Luật Sư Christopher Phan được điều đến Iraq để làm việc với biệt đội hải kích. Tại đây anh gặp Trung Tá Nguyễn Văn Thọ. Hai vị sĩ quan gốc Việt này cam kết là sẽ giữ liên lạc với nhau khi trở về Hoa Kỳ. Giữ đúng lời cam kết này, cùng với Thượng Sỹ Thảo Bùi, Đại Úy Triết Bùi và Đại Úy Hiền Vũ, nhóm quân nhân đồng hương này đã soạn thảo điều lệ và luật lệ cho tổ chức quân nhân Mỹ gốc Việt có tên tiếng Anh là Vietnamese American Armed Forces Association (VAAFA) vào ngày 23 tháng 8 năm 2008. VAAFA được Tiểu Bang Cali chính thức công nhận ngày 15 tháng 9 năm 2008. Số lượng thành viên VAAFA ngày càng đông và tổ chức này càng vươn xa. Với mục tiêu vươn xa hơn để chào đón tất cả quân nhân Mỹ gốc Việt trong quân lực Hoa Kỳ, VAAFA kết nạp thành viên từ Đoàn Uỷ Nhiệm Y Tế Công Cộng (Public Health Service Commission Corps) và Đoàn Uỷ Nhiệm Khí Tượng và Không Gian (National Oceanic Atmospheric Administration Corps) và chính thức đổi tên thành VAUSA (Vietnamese American Uniformed Services Association) từ tháng 9 năm 2014. Hiện tại Với thành viên hơn 1100 hội viên, VAUSA có sự tham gia của người Việt ở tất cả 7 lực lượng quân của Quân Lực Hoa Kỳ và ngày càng lớn mạnh. Nhiều thành viên của VAUSA đã được các báo chí Việt Ngữ và dòng chánh gặp gỡ phỏng vấn và viết bài giới thiệu. VAUSA cũng là hình ảnh người Việt tham gia vào dòng chánh Hoa Kỳ trên lãnh vực quốc phòng. Nhiều cựu quân nhân của VAUSA đã thành công trên lãnh vực chính trị, mở ra một tương lai hứa hẹn cho cộng đồng người Việt tại Hoa Kỳ khi những chính trị gia gốc Việt có thành tích phục vụ Hoa Kỳ một cách tự hào từ quân đội. Hướng đi sắp tới của VAUSA là sẽ tăng cường những hoạt động chung với cộng đồng Việt Nam, đồng thời giúp đỡ các thành viên thăng tiến quân nghiệp và giúp đỡ gia đình gia đình quân nhân trong hoàn cảnh khó khăn hay lúc họ làm nhiệm vụ ở nước ngoài.
http://vausa.us/wp-content/uploads/2015/01/10253832_1032577360087086_4069439735654836540_n.jpghttp://vausa.us/wp-content/uploads/2015/01/10253832_1032577360087086_4069439735654836540_n.jpg
(Xin vào website http://vausa.us/ để tìm hiểu thêm về Hội Quân Nhân Mỹ Gốc Việt VAUSA)
Lời Kết
Vị Chuẩn Tướng tương lai Châu Lập Thể là một thành viên của VAUSA, và là niềm tự hào lớn của các quân nhân gốc Việt. Cùng với Chuẩn Tướng Lương Xuân Việt, Đại Tá Hải Quân Lê Bá Hùng và nhiều quân nhân gốc Việt cao cấp khác, người Việt đã cho thế giới thấy được dân tộc Việt là một dân tộc có tài thao lược quân sự, có truyền thống quân sự và tinh thần chiến đấu cao. Thành viên VAUSA luôn tiếp nối truyền thống và niềm tự hào này.
Trần Du Sinh

Chuyện một con đường bị bán đấu giá ở San Francisco, nước Mỹ.

Một chuyện khó tin nhưng có thể xày ra cho một khu phố nhà giàu.
Khu phố đó, thường chỉ có những ngôi nhạc bạc triệu, thế mà con đường đi đến những ngôi nhà này lại bị mang bán đấu giá với cái giá khó tin.
Mời quý anh chị đọc câu chuyện vui này.
Caroline Thanh Hương
 
Une riche rue de San Francisco vendue une bouchée de pain pour taxe foncière impayée
Les habitants Presidio Terrace ont découvert que leur rue avait été mise aux enchères et que des investisseurs possédaient désormais les trottoirs.
La porte d’entrée du quartier Presidio Terrace le 7 août 2017 à San Francisco. Les propriétaires des luxueuses maisons ont eu la désagréable surprise d’apprendre que leur rue avait été vendue à un investisseur pour impayés d’impôts. Marcio Jose Sanchez / AP
Ces jours-ci, le prix d’une maison à San Francisco (Californie) peut facilement dépasser un million de dollars (847 000 euros). Mais un investisseur avisé a acheté une rue entière dans le quartier le plus exclusif de la ville pour seulement 90 000 dollars (environ 76 250 euros). Le problème est que certains des résidents extrêmement riches de Presidio Terrace ne savaient pas que leur rue était en vente et ne sont pas ravis de leurs nouveaux propriétaires.
Presidio Terrace est une rue de forme ovale scellée par une porte du quartier Tony Presidio Heights. Doublée de palmiers imposants et de manoirs à plusieurs millions de dollars, elle a abrité, au cours des années, des résidents célèbres comme la sénatrice Dianne Feinstein ou la chef de file du groupe démocrate à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi.
 

Propriétaires des trottoirs et des parties communes

 

Cette rue gérée par une association des propriétaires depuis 1905 abrite les résidences de plusieurs personnalités américaines. Marcio Jose Sanchez / AP

Grâce à un coup de pouce de la ville et d’une facture d’impôt impayée, l’investisseur immobilier de la Bay Area Michael Cheng et son épouse, Tina Lam, ont acheté Presidio Terrace et possèdent maintenant les trottoirs, la rue elle-même et d’autres « parties communes », rapporte The San Francisco Chronicle. Ces domaines étaient gérés par l’association des propriétaires depuis au moins 1905.
Cheng avoue que la réaction de leurs voisins à leur achat a été moins hospitalière qu’il ne le pensait. « Je pensais qu’ils allaient essayer de nous contacter et nous envoyer des invitations en tant que nouveaux voisins, a déclaré Cheng à l’agence de presse américaine Associated Press. Cela a pris des proportions que je n’avais pas prévues. » Il s’avère que l’association des propriétaires de Presidio Terrace n’avait pas payé une taxe foncière de 14 dollars par an (12 euros), un impôt dont les détenteurs des 181 rues privées de San Francisco doivent s’acquitter, a rapporté le San Francisco Chronicle.
Ainsi, le bureau des impôts de la ville a mis la rue en vente pour un coût de 994 dollars (842 euros) dans une enchère en ligne pour récupérer les taxes, les pénalités et les intérêts non payés. Le couple s’est finalement vu adjuger la rue pour 90 100 euros dans cette vente en ligne qui avait eu lieu en avril 2015.

Avis d’imposition envoyée à la mauvaise adresse

Scott Emblidge, l’avocat de Presidio Homeowners Association, a déclaré dans une lettre à la ville que les propriétaires n’avaient pas payé leurs taxes parce que l’avis d’imposition avait été envoyé par erreur à l’adresse d’un comptable qui n’avait pas travaillé pour l’association de propriétaires depuis les années 1980.
 
Pour rentabiliser leur investissement, les nouveaux propriétaires comptaient louer les 120 places de parking de la rue aux habitants. Marcio Jose Sanchez / AP

M. Emblidge a aussi fait savoir que les résidents ne savaient pas que leur rue avait été mise aux enchères, et encore moins vendue, jusqu’en mai 2017. Ils l’ont alors appris par une société contractée par Cheng et Lam, qui leur demandait s’ils n’avaient pas intérêt à racheter leur rue.
C’est l’une des nombreuses options que Cheng et Lam ont envisagée pour rendre leur investissement rentable. Une autre est de faire payer aux résidents le droit de se garer devant chez eux – et donc de louer les 120 places de stationnement qui bordent la grande route circulaire. « En tant que propriétaires légaux de cette rue, nous avons beaucoup d’options », a déclaré Cheng, ajoutant que rien n’avait encore été décidé. La question pourrait être dirigée vers un tribunal.
En juillet, les propriétaires ont demandé l’annulation de la vente pour défaut d’impayés sur l’impôt aux autorités de surveillance. Le conseil a prévu une audience en octobre. L’association des propriétaires a également poursuivi le couple et la ville, afin d’empêcher Cheng et Lam de revendre la rue à n’importe qui.
nguồn

mercredi 2 août 2017

Một Chút May Mắn Cho Người Còn Việc Làm Ngày Mai.

tt
Mỗi ngày báo chí pháp càng bàn tán và đưa thêm tin mới về luật lao động sắp được áp đặt cho người đi làm.
Với chính sách thương mại toàn cầu, với việc xoay hãng xưởng đi các nước đồng lương rẻ, thì người đi làm trong những quốc gia mạnh ngày càng không được bảo vệ với những đạo luật đã được họ tranh đấu trước đây.
Không chỉ riêng gì nước  pháp, mà những quốc gia trong khối âu châu hay xa hơn nữa ở những nước Mỹ, Canada, chỉ còn lớp người già, hưu trí đã lâu mà tiền hưu ngày càng được chính phủ chiếu cố, ngày càng phải bù đắp thêm cho những thiếu hụt ngân sách của chính phủ.
Những thỏa thuận được đưa đến các công đoàn công nhân ngày càng lờ mờ khó hiểu và khi ai cũng có bản tin chính thức là lúc phải bầu là chấp thuận, không đồng ý cũng coi như áp đặt là vì cải cách nên chính phủ thay mặt dân đi làm chấp hành và ok cho qua.
Dưới đây, tôi xin tiếp chuyển lại bài báo L Express viết cho những anh chị nào quan tâm về tin tức đi làm và hy vọng anh chị có thể hiểu là ai còn có việc làm ngày hôm nay cũng thuộc hạng may mắn nhất đó.
Kính chúc quý anh chị luôn vạn an và may mắn.
Caroline Thanh Hương

 Ce 1er août, l'Assemblée nationale a autorisé le gouvernement à réformer le code du travail par ordonnances. Plafond d'indemnités aux prud'hommes, délais de contestation de licenciement réduit, plans de départs volontaires favorisés... Ce que contient la dernière version du texte.
 Nhấn vào đường dẫn bên dưới để đọc lại bài đã post cùng chủ đề.


·         Entreprise
·         RH / Management
·         Droit du travail
Par Tiphaine Thuillier, publié le 01/08/2017 à 17:39 , mis à jour le 02/08/2017 à 10:07
·         2.4K partages
·         facebookPartager
·         TwitterTweeter
·         Linkedin Linkedin
·         Mail Envoyer
·         Whatsapp Whatsapp
·         commentaireRéagir

Ce 1er août, l'Assemblée nationale a autorisé le gouvernement à réformer le code du travail par ordonnances. Plafond d'indemnités aux prud'hommes, délais de contestation de licenciement réduit, plans de départs volontaires favorisés... Ce que contient la dernière version du texte.
AFP PHOTO / PHILIPPE LOPEZ
L'Assemblée nationale a donné son feu vert ce 1er août à la version définitive du projet de loi autorisant le gouvernement à réformer le code du travail par ordonnances.
Le passage du projet de loi d'habilitation devant les parlementaires est en passe de s'achever. Voté par l'Assemblée ce mardi 1er août, le texte sera considéré comme adopté officiellement mardi 3 août après son passage au Sénat.  
Après le premier vote des députés le 13 juillet, puis celui du Sénat le 27 juillet, la commission mixte paritaire s'est entendue, le 31 juillet, pour définir un texte commun. Certaines modifications apportées par les sénateurs n'ont pas été retenues. Exemple: la mesure, retoquée permettant aux salariés de siéger en conseil d'administration, retoquée au Sénat, est ainsi à nouveau dans le texte. 
Le gouvernement va donc être habilité à légiférer par ordonnances sur les sujets - et uniquement ceux-ci - définis dans ce projet de loi. Sauf que le cadre est large et que nul ne sait encore quels seront les arbitrages du gouvernement. 
Fusion des instances représentatives, plafonnement des indemnités prud'homales en cas de licenciement abusif, autorisation pour les branches de réguler les conditions du CDD... Les ordonnances, présentées aux partenaires sociaux lors de la semaine du 21 août, préfigurent donc une rentrée riche en rebondissements pour les salariés et les entreprises. 
1. Les indemnités aux prud'hommes plafonnées
La mesure fait débat, notamment dans les rangs syndicaux mais elle figure bien au menu de l'article 3 du projet de loi. Le gouvernement va établir un "référentiel obligatoire" pour la "réparation financière" des irrégularités de licenciement.  
Quand un employeur licencie un salarié sans cause réelle et sérieuse et que ce dernier l'attaque aux prud'hommes, il peut obtenir de l'argent à titre de dommages et intérêts pour le préjudice subi. La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, n'a de cesse de marteler les inégalités qui existent entre deux dossiers ou deux juridictions et entend donc fixer un barème fixe auquel les juges devront se référer.  
Le texte précise tout de même que les licenciements "entachés par une faute de l'employeur d'une exceptionnelle gravité, notamment par des actes de harcèlement ou de discrimination" sont exclus de la mesure.  
Il faut désormais attendre le détail des ordonnances pour connaître les montants précis de ce barème. La piste d'un mois de salaire par année d'ancienneté est sur la table. Le plancher minimal actuellement en vigueur, qui octroie six mois de salaire minimum aux personnes bénéficiant de plus de deux ans d'ancienneté et travaillant dans une entreprise de plus de 11 salariés pourrait être supprimé.  
Le montant des indemnités légales perçue en cas de licenciement devrait néanmoins être revu à la hausse.  
Plus globalement, le gouvernement souhaite revoir la philosophie des prud'hommes en évitant au maximum les procédures et en "encourageant le recours à la conciliation", avance le texte.  
2. Des licenciements simplifiés, des délais de recours réduits
Autre objectif affiché par le gouvernement: chasser le formalisme en "adaptant les règles de procédure et de motivation applicables aux décisions de licenciement et les conséquences à tirer du manquement éventuel à celles-ci". 
Les erreurs formelles dans le cadre d'un licenciement - qu'elles soient réelles ou non - sont jugées comme des freins à l'embauche par les employeurs. Pour le gouvernement, il faut agir sur ce point en "simplifiant" les règles. 
La commission des affaires sociales du Sénat avait accordé à l'employeur un "droit à l'erreur" lui permettant de corriger les fautes présentes dans la lettre de licenciement. Mais cette option n'a pas été retenue en séance. Sans aller aussi loin, le gouvernement souhaite alléger le formalisme. Sous quelle forme? Ce point précisé dans les ordonnances du mois d'août. 
Le projet de loi adopté par les députés prévoit également de "réduire les délais de recours en cas de rupture du contrat de travail". Les sénateurs avaient fixé des bornes précises (diviser au moins de moitié ces délais) que la version issue de la commission mixte paritaire ne conserve pas. 
Enfin, le texte prévoir de "clarifier" les obligations de l'employeur en matière de reclassement pour inaptitude.  
3. Des plans de départ volontaires favorisés
Le texte suggère également de "favoriser les plans de départ volontaires". La piste de plans de départs autonomes et non adossés à un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) est sur la table. Ils ne comporteraient pas de mesures de reclassement. 
4. Un nouveau périmètre pour le licenciement économique
Le point est très attendu par les milieux patronaux mais très critiqués dans les rangs syndicaux. Le gouvernement va redéfinir le périmètre géographique envisagé lors de l'appréciation des difficultés économiques d'un groupe qui licencie. Pour le moment, celui-ci est regardé à l'échelle mondiale pour prendre en compte toutes les entités du groupe.  
Le projet de loi d'habilitation veut donc redéfinir ce périmètre pour le fixer au niveau "national"; L'Assemblée a donc maintenu ce choix de périmètre voulu par le Sénat. Pourtant, lors de son audition devant les députés, lundi 31 juillet, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a assuré que ce point n'était pas définitivement tranché.  
La mesure figurait dans la loi El Khomri, mais avait été abandonnée face à la fronde des députés de gauche.  
Le projet de loi d'habilitation comporte une mention supplémentaire, présentée par la majorité comme un "garde-fou": la nécessité de "prendre toute disposition de nature à prévenir ou tirer les conséquences de la création artificielle de difficultés économiques dans le groupe à la seule fin de procéder à des suppressions d'emploi". Quelles formes peuvent prendre ces "dispositions"? Pour le moment, rien n'est détaillé... 
5. Le CDI de chantier étendu
Le texte compte "favoriser" le recours au contrat de chantier (ou CDI de projet) à d'autres secteurs que celui du BTP. Ceci se fera"par accord de branche dans la limite d'un cadre fixé par la loi",  
Le contrat de chantier est un CDI qui s'achève une fois le projet pour lequel la personne a été recrutée se termine, mais sans qu'elle bénéficie de prime de précarité. 
6. Un accord d'entreprise renforcé
Le projet de loi entend redéfinir précisément l'architecture entre la loi, l'accord de branche et l'accord d'entreprise. Le gouvernement souhaite "accorder une place centrale à la négociation collective, notamment la négociation d'entreprise", précise le projet de loi d'habilitation.  
Pour le moment, l'accord de branche prime sur l'accord d'entreprise, à l'exception de 37 domaines liées à la durée du travail, pour lesquels il est possible de s'organiser à l'échelle de l'entreprise.  
Le projet de loi entend construire une architecture des normes en trois blocs. Le premier rassemblerait les thèmes pour lesquels l'accord de branche primerait de façon "impérative". Six thèmes seraient concernés: les minimas conventionnels, les classifications des métiers, la mutualisation des fonds de la formation professionnelle, celle des fonds de prévoyance, et l'égalité femmes-hommes. Le financement du paritarisme et les conditions de recours aux contrats courts ou aux CDI de chantier feraient leur entrée dans cette liste et seraient donc, eux aussi, du domaine exclusif de la branche. La pénibilité en sortirait. 
Le deuxième bloc comprendrait les thèmes où les branches seraient maîtres à bord pour décider de mettre un verrou, c'est-à-dire de faire primer l'accord de branche sur l'accord d'entreprise. La pénibilité, le handicap et les conditions et moyens d'exercice d'un mandat syndical feraient partie de ce bloc. 
Pour tous les autres sujets (troisième bloc), c'est l'accord d'entreprise, qui serait prioritaire.  
Le projet de loi précise tout de même que certains dispositions des accords de branches pourront, sous certaines conditions, prévoir des exceptions pour les PME. Ainsi, "certaines des stipulations, dans des domaines limitativement énumérés, ne (seraient) pas appliquées dans les petits entreprises". Les PME, notamment celles sans délégués syndicaux, pourraient ainsi connaître un traitement d'exception.  
7. Des instances fusionnées en comité social et économique
Le texte des parlementaires prévoit de fusionner les instances représentatives du personnel. Jusqu'à présent, le comité d'entreprise (CE) le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) et les délégués du personnel, chargés de représenter les salariés, sont indépendants.  
Le gouvernement souhaite regrouper ces trois instances en une seule, baptisée le comité social et économique (CSE). Ce comité conserverait l'intégralité des compétences des trois instances et pourrait intenter des actions en justice.  
Les sénateurs avaient intégré la création d'une commission spéciale dédiée aux questions de santé, d"hygiène et de sécurité au travail au sein de l'instance unique. La version définitive a retenue cette proposition et en étudiera les conditions. 
L'instance unique pourra, si un accord le prévoit, bénéficier du pouvoir de négociation "de conventions et d'accords de groupe". Enfin, autre nouveauté venue du Sénat, les élus ne pourront pas exercer plus de trois mandats successifs, "sauf exception". Mais la nature de ces exceptions n'a pas été précisée.  
Le texte promet également la mise en place du chèque syndical permettant aux "salariés d'apporter au syndicat de leur choix "des ressources financées tout ou partie par l'employeur".  
Toujours sur le front syndical, les commissions paritaires régionales interprofessionnelles (CPRI), crées par la loi Rebsamen et réservées aux TPE, seront modifiées et redéfinies.  
8. Des accords collectifs plus forts que le contrat de travail
Le projet de loi d'habilitation veut "harmoniser et simplifier" (l'articulation des deux verbes revient sans cesse dans le texte) les conditions selon lesquels un salarié peut refuser des modifications à son contrat de travail par la signature d'un accord collectif.  
Pour le moment, un salarié refusant de se voir appliquer un accord dit "loi Aubry", un accord de mobilité, un accord de maintien dans l'emploi (AME), ou un accord de préservation et de développement de l'emploi (ADPE) n'est pas licencié pour le même motif (économique ou sui generis). 
Le projet de loi précise que les salariés qui refusent ces accords seront licenciés sous un même mode "pour motif spécifique." 
Par ailleurs, le gouvernement entend "aménager les délais de contestation d'un accord collectif" par entreprise. 
9. Un référendum à l'initiative des syndicats ou de l'employeur
Le projet de loi d'habilitation autorise le gouvernement à faciliter le recours à la consultation des salariés pour valider un accord. Le texte précise que ceci pourra être fait "à l'initiative d'un syndicat représentatif dans l'entreprise, de l'employeur ou sur leur proposition conjointe." 
À noter: le texte précise aussi qu'il convient de "modifier les modalités d'appréciation du caractère majoritaire des accords".  
10. Le compte pénibilité et le prélèvement à la source modifiés
Le projet de loi d'habilitation stipule également que "les règles de prise en compte de la pénibilité" seront revues et simplifiées par ordonnance. Édouard Philippe, le Premier ministre, a d'ores et déjà détaillé ses intentions: quatre facteurs (manutention manuelle de charges, postures pénibles, vibrations mécaniques, risques chimiques) sont donc retirés du décompte existant.  
Enfin, l'article 9 du projet de loi d'habilitation revient sur la mise en place du prélèvement à la source, qui n'interviendra qu'au 1er janvier 2019. Il est également précisé qu'il sera éprouvé "par des tests les effets positifs ou indésirables du dispositif".  



Đố Vui Để Biết.

 

 

Ils avaient voté Macron à 93% : les Français de l'étranger grandes victimes des coupes budgétaires ?

«Du pipi de chat» : Macron recadre le gouvernement en plein conseil des ministres